Archive

Posts Tagged ‘lecteur’

La pelle (l’appel) du 23 mai…


image issue du site : http://www.rockandkelt.net/

image issue du site : http://www.rockandkelt.net/

« Auteur aimant écrire et surtout partager ses textes avec tout ceux ayant la bonté de bien vouloir le lire, recherche lecteurs sympas, gentils et bienveillants afin de faire des commentaires positifs sur ses textes en vue de le faire se prendre pour ce qu’il n’est pas réellement…

Postes à pourvoir pas plus tard que dans pas longtemps, rémunération inexistante (faut pas déconner quand même), horaires variables entre 0h00 et 23h59. Qualifications exigées, savoir lire (lecture saccadée ou approximative tolérées), savoir penser par soi-même et ne pas avoir la langue dans sa poche.

Description des postes à pourvoir pas plus tard que dans pas longtemps : Critiquer sans vergogne des torchons littéraires de quelques pages (pas trop quand même), pour aider auteur sans talent (j’en suis bien conscient) à proposer à terme quelques lignes dignes d’un minimum d’intérêt pour autres lecteurs ayant la chance de ne pas connaître le massacre qu’était le texte original. »

Trêve de plaisanteries et un peu de sérieux dans la salle, s’il vous plait…

« Moi, Général de Gaulle Clément Hourseau, actuellement à Londres chez moi, j’invite les officiers lecteurs et les soldats français amoureux de la littérature qui se trouvent en territoire britannique quelque part chez eux ou qui viendraient à s’y trouver, avec leurs armes avis critiques ou ET sans leurs armes, j’invite les ingénieurs riches et les ouvriers spécialistes des industries d’armement pauvres qui se trouvent en territoire britannique quelque part chez eux ou qui viendraient à s’y trouver, à se mettre en rapport avec moi.

Quoi qu’il arrive, la flamme de la résistance littérature française ne doit pas s’éteindre et ne s’éteindra pas. »

Article diffusé sous licence Creative Commons BY-NC-ND

Publicités
Catégories :A la une Étiquettes : , , , , , ,

Le salon du livre de Paris, c’est dans mon salon…


image issue du site : http://agenda.paris.fr/

image issue du site : http://agenda.paris.fr/

C’est demain que le 33e salon du livre de Paris ouvre ses portes au public. Ses allées seront accessible à tous jusqu’à lundi prochain. Plusieurs centaines d’exposants, éditeurs, libraires… seront présents cette année, avec Barcelone comme « ville invitée » et « les lettres roumaines à l’honneur ». Une programmation qui promet d’être particulièrement riche et intéressante.

Pourtant, en tant qu’auteur auto-édité clairement engagé pour la libre diffusion de la culture, je ne me retrouve pas vraiment dans cette manifestation réservée aux grands groupes et mettant totalement de côté tout un pan du monde de l’édition. Bien sûr, je ne vis pas au pays des Bisounours… C’est une manifestation internationale, organisée à Paris avec une liste de partenaires presque aussi longue qu’un roman. Tout ceci expliquant sans grande difficulté le « type » d’exposants recherché. A noter tout de même la présence limite anecdotique d’un « prestataire » d’auto-édition, à savoir BoD.

Il n’en reste pas moins que passer une journée sur ce salon est sûrement un moment très agréable et assez unique. Néanmoins, une telle manifestation, qui ne fait la part belle qu’à quelques gros acteurs du monde de l’édition et qui retourne plus d’une  « vaste usine publicitaire » que d’un véritable espace d’échanges entre auteurs, éditeurs, lecteurs et visiteurs, ça ne me dit rien du tout.
J’apporte un bien plus grande importance à tous les salons provinciaux qui existent un peu partout en France. Ceux qui offrent un véritable contact humain loin de toute arrière pensée mercantiliste. Evidemment moins renommés, ceux-ci n’en restent pas moins beaucoup plus intéressants et enrichissants.

Malgré tout, le Salon du Livre de Paris est en quelque sorte un évènement incontournable. Très bien… je le vivrais donc à ma façon. Dans mon « salon », une carte postale de Paris à proximité et en écrivant / lisant une bonne histoire. Un salon, un livre, un morceau de Paris. Je suis dans le bon !

Tout de même, une bonne visite et de bons moments à toutes celles et ceux qui se rendront Porte de Versailles entre demain et lundi prochain.

Article diffusé sous licence Creative Commons BY-NC-ND

J’écris, tu lis… nous partageons


image issue du site : http://mjc-pontdusonnant.net/

image issue du site : http://mjc-pontdusonnant.net/

Ecrire un roman, une nouvelle, un poème… est un acte non neutre. Bien sûr, c’est une façon d’extérioriser certaines choses qui peuvent nous hanter, nous, auteurs. Mais c’est aussi un formidable moyen de partager avec ses lecteurs. Un partage de points de vue, d’expériences, ou encore d’idées.

L’écriture permet de faire des rencontres, de progresser et d’aller de l’avant. Il n’y a rien de pire que de rester cloîtré dans son coin, à l’écart du monde et de ses nouveautés. Il ne faut pas se reposer sur ses acquis et se borner à s’en contenter. Il ne faut pas considérer que ses idées sont les seules à avoir droit de citer. Se renfermer sur l’ensemble de ces travers serait le meilleur moyen de passer à côté de ces magnifiques opportunités qu’offre l’écriture.
Car même si l’écriture peut être vue comme une activité personnelle, il n’en reste pas moins que dans la très grande majorité des cas le but de cette activité est de partager ses textes avec le plus grand nombre de personne. La « gloire » ou le « succès » n’entrent pas en compte dans cette vision des choses. La seule importance… c’est le partage qui en découle.

Se lancer dans l’écriture d’un texte est une aventure fantastique dont on ne peut ressortir que transformé. Et comme toute aventure, il n’y a rien de meilleur au monde que de la partager sans limite et sans restriction… tout en la vivant le plus intensément possible.

Article diffusé sous licence Creative Commons BY-NC-ND

Combien « coûte » l’écriture d’un livre ?


image issue du site : http://cinergika.fr/

image issue du site : http://cinergika.fr/

Ecrire un livre, qu’il s’agisse d’un roman, d’une nouvelle ou de n’importe quel autre genre, demande un certain temps à l’auteur. Une durée de travail effectif qui peut s’élever à plusieurs centaines d’heures pour les ouvrages les plus imposants. A tout cela, s’ajoutent d’autres frais incompressibles.

Combien coûte l’écriture d’un livre ? A priori, peu de choses. Un peu d’électricité pour faire fonctionner l’ordinateur, quelques feuilles de papier pour noter certaines idées particulièrement importantes et un peu d’huile de coude… Enfin pas tout à fait. Ecrire un livre peut revenir à plusieurs milliers d’euros pour l’auteur.
Bien sûr, tous les coûts d’un livre ne sont pas nécessairement une dépense réelle de la part de l’auteur. Néanmoins, les nombreuses heures passées à écrire, à mettre en page, à relire… ont un coût indirect. Si l’on y ajoute les frais de relecture et de correction d’un correcteur, l’achat des droits de l’image de couverture, car tous les auteurs ne sont pas nécessairement graphistes, la somme monte petit à petit.

Pourtant, le coût d’écriture d’un livre est une donnée que personne ne connait jamais. Peut-être parce que cela touche d’une certaine façon à l’argent et qu’une sorte de « tabou » se met en place. La raison principale étant probablement que les auteurs eux-mêmes ne cherchent pas à établir clairement cette information. Soit par manque d’intérêt, soit parce qu’ils n’en en pas la moindre idée.
C’est pour cela qu’après avoir décortiqué les véritables coûts d’un livre (les coûts de réalisation et de « mise en vente »), j’ai également mis en place une page spécifique sur mon propre site, afin d’apporter une estimation la plus juste possible de ce coûte l’écriture de mes différents ouvrages.
Une donnée fournie à titre d’indication et qui entre dans mes différents engagements de transparence envers tout mes lecteurs, mais aussi pour faire avancer -très modestement- le monde de l’édition.

Article diffusé sous licence Creative Commons BY-NC-ND

A vous de jouer, amis lecteurs…


image issue du site : http://reunionconsommateur.com/

image issue du site : http://reunionconsommateur.com/

Un blog évolue généralement au fil des articles qui y sont publiés par son auteur. Des articles qui, de leur côté, rassemblent un public plus ou moins important, selon les thématiques abordées, le sujet évoqué, et de nombreux autres facteurs.

C’est la raison pour laquelle je propose à chacun, par réaction à cet article ou par contact mail, au choix, de me faire part des divers sujets qui pourraient être évoqués ici même, dans les jours et semaines à venir. Bien sûr, il serait préférable que ceux-ci soient en rapport avec l’auto-édition ou le monde de la littérature en général.
J’ai déjà abordé de nombreux thèmes depuis l’année dernière, mais couvrir des domaines aussi vastes que ceux cités ci-dessus est quelque de pratiquement impossible. Aussi, n’hésitez donc pas à me faire connaître les sujets que vous souhaiteriez que j’évoque prochainement.

Il faut bien comprendre qu’il ne s’agit pas là d’un « appel de la dernière chance ». Quoi qu’il arrive, de nouveaux sujets et articles seront traités et continuerons de l’être dans l’avenir. Non. Je souhaite simplement associer les lecteurs, réguliers ou non, au contenu de ce blog. Alors une interrogation, une question particulière, un « vide littéraire »… faites-le moi savoir !

Article diffusé sous licence Creative Commons BY-NC-ND

Catégories :A la une Étiquettes : , , , , , ,

Auto-édition : Publier ne suffit pas à être lu


image issue du site : http://librairiemonet.com/

image issue du site : http://librairiemonet.com/

La publication de son ouvrage est un moment particulièrement important pour tout auteur se respectant. Encore plus lorsque ledit auteur travaille en auto-édition. Pourtant, publier son ouvrage n’est pas suffisant pour être lu. Encore faut-il parvenir à créer autour de soi une « base » de lecteurs.

Cette « base » comme je la nomme, ne prendra pas naissance par hasard. Elle ne pourra se constituer que par le travail répété et constant de l’auteur. Il ne suffit pas que l’ouvrage soit en vente dans les principales boutiques en ligne (appel, amazon…). Non. Il est nécessaire de mouiller la chemise.
Twitter, facebook & co sont les meilleurs outils pour fédérer des lecteurs. Qu’il s’agisse d’axer sa communication sur certains aspects de l’ouvrage tel que son genre littéraire (science-fiction, fantastique, policier…) , ou sur d’autres caractéristiques (gratuité, technique d’impression nouvelle et écologique, ou que sais-je encore…), il sera nécessaire d’appuyer en permanence sur tout ce qui pourra différencier votre travail de celui des autres auteurs.

Ainsi, tenir à jour un blog dédié à votre passion pour l’écriture, publier sur facebook (en tant qu’auteur) ainsi que sur twitter, permettre l’accès à vos textes via de sites spécialisés tels que youscribe, seront les étapes incontournables pour attirer vers vous un lectorat  sans cesse plus important.
Bien sûr, tout ce travail prends du temps. Sauf à créer un buzz impressionnant sur le web, il vous faudra plusieurs mois, voir années, avant de constater que vos efforts porteront leurs fruits. Il sera alors important, pour ne pas dire capital, de ne jamais perdre espoir et de garder en tête que vous écrivez d’abord pour vous faire plaisir à vous-même.
C’est ainsi, et à ce prix, que de fil en aiguille vous commencerez par nouer des relations avec d’autres auteurs, ce qui marquera également le développement, plus ou moins marqué de votre « base » de lecteurs.

Article diffusé sous licence Creative Commons BY-NC-ND

Partagez vos ouvrages sur internet


Internet est aujourd’hui devenu un outil incontournable, et ce quelque soit le domaine dans lequel vous exercez. C’est en particulier vrai dans le monde de l’écriture. Internet offre aux auteurs et écrivain des opportunités inédites dans l’Histoire, leur permettant de diffuser leurs œuvres au plus grand nombre et sans aucun frais.

Pour beaucoup d’écrivains et d’artistes en général, lorsqu’il est question d’internet pour la diffusion d’une œuvre, le réseau mondial est en premier lieu synonyme de « piratage ». Et si il est vrai que nombre d’œuvres diverses et variées (livres, films, musiques…) sont rendues accessibles en ligne de façon gratuite et illégale, il n’en reste pas moins que les auteurs peuvent eux-même faire ce choix de du partage gratuit.
C’est d’ailleurs une véritable occasion de profiter de canaux de diffusion sans commune mesure avec ce que pourrait espérer au auteur se contentant des circuits traditionnels de l’édition.

Ainsi, diffuser soit-même ses œuvres sur les forums de partage et les sites de peer to peer est un moyen des plus simples pour favoriser la découverte de votre création. Bien sûr, ce sont des diffusions qui ne vous rapporteront rien, de façon directe,  en terme financier. Néanmoins, leur « bénéfice » sera tout autre.
Pour un auteur auto-édité, la première nécessité est de se faire connaître. Il ne faut pas espérer, tout du moins dans les premiers temps, faire un chiffre de ventes mirobolant. Aussi, pour se faire connaître, pourquoi ne pas attirer gratuitement des lecteurs potentiels sur vos œuvres, et de rendre leur accès libre et gratuit ? Car c’est bien ce que permet internet de nos jours.

De fait, pour rendre les choses le plus clair possible, il est préférable, dans ce cas, d’opter pour une licence Creative Commons BY-NC-ND (ce n’est pas une obligation) sous laquelle sera placée votre texte. Un texte que vous diffuserez, dans l’idéal, au format PDF, afin d’éviter qu’il ne puisse être modifié, si toute fois vous ne souhaitez pas le rendre modifiable.
Ensuite, au niveau de la mise en page, à chacun de voir ce qu’il préfère. Néanmoins, il peut être intéressant d’insérer, avant le début de votre histoire, une page blanche sur laquelle vous rappellerez les principaux termes de la licence sous laquelle vous avez placé votre œuvre, ainsi qu’un ou plusieurs liens dirigeants, par exemple, sur votre site personnel ou sur la version papier (donc payante) de votre ouvrage. Ainsi, vos « lecteurs gratuits » pourront, si ils le souhaitent, découvrir vos autres textes, et même vous commander des exemplaires papier.
Dans un autre ordre d’idée, si vos textes ne sont pas disponibles au format papier, vous pouvez très bien indiquer un lien dirigeant vos lecteurs sur une page de don.

A noter que ce genre de diffusion permet d’attirer assez rapidement plusieurs dizaines, voir centaines, de lecteurs potentiels sur vos œuvres. Malgré tout, cela ne pourra jamais, du moins pas encore, remplacer les librairies physiques, salons du livre… pour se faire connaître. Il peu cependant s’agir d’un moyen simple, gratuit et à la portée de tous de se faire connaître un peu plus en tant qu’écrivain.

Article diffusé sous licence Creative Commons BY-NC-ND