Archive

Archive for the ‘A découvrir’ Category

Alien Theory : un peu d’inspiration en mode science-fiction


Alien-Theory-RMC-DecouverteLa télé est loin d’être mon loisir favori. Pourtant, il arrive que soient diffusées certaines émissions dont l’intérêt est à noter. Ce genre d’émissions qui invite, par exemple, à découvrir de nouvelles théories scientifiques. C’est le cas ici d’Alien Theory.

Diffusée sur l’une des dernières nées de la TNT, à savoir RMC Découverte, la série documentaire Alien Theory permet de se plonger au cœur de la théorie des anciens astronautes. Une théorie selon laquelle des extra-terrestres ont influencés, et continuent de le faire, l’Histoire de l’humanité.
Qu’il s’agisse d’une influence technologique, spirituelle ou encore intellectuelle, de nombreux exemples sont abordés au fil des différents épisodes. Y compris des constructions antiques (pyramides egyptiennes, temples incas…) en passant par l’explication de mythes remontant à la nuit des temps. Le tout plutôt bien documenté.

Bien sûr, il ne s’agit pas là débattre de la véracité des éléments avancés. C’est à chacun de se forger sa propre opinion. Par contre, il s’agit là d’une importante source d’inspiration à explorer pour tout auteur de science-fiction en manque d’idées pour l’écriture de sa prochaine histoire.

De nombreux épisodes de la série sont par ailleurs disponibles sur les principaux sites de diffusion de vidéos. Néanmoins, la légalité de celles-ci me paraît assez limitée du point de vue des droits d’auteur.

Article diffusé sous licence Creative Commons BY-NC-ND

 

L’astronomie dans la science-fiction


image issue du site : http://cieletespace.fr

image issue du site : http://cieletespace.fr

L’astronomie n’a, à priori, rien à voir avec la science-fiction. A priori seulement, puisqu’il s’agit d’une importante source d’inspiration pour de nombreux auteurs, dont je fais moi-même partie.

Seule l’astronomie, l’imagination n’étant pas une science, permet de remonter le temps sur des périodes aussi exceptionnelles qu’une grosse dizaine de milliards d’années. Seule l’astronomie offre de découvrir des élements tels que les planètes, les étoiles, les galaxies, et bien d’autres merveilles encore.
Bien sûr, l’astronomie seule ne peut pas tout apporter. Mais il n’en reste pas moins qu’elle est à la base d’avancées et de découvertes fondamentales pour le domaine scientifique.

Tous ses apports, aussi techniques soient-ils, sont donc une préciseuse mine d’or pour les auteurs de littérature de science-fiction.
Sans cela, il serait impossible d’envisager des voyages interstellaires ou intergalactiques. Impossible également de créer, de la façon la plus crédible possible, des mondes extra-terrestres ou même de simples actions prenant place dans l’espace.
Il est évident qu’un ouvrage de science-fiction n’a aucune obligation de relater des faits parfaitement plausibles. Néanmoins, un minimum de réalisme est généralement apprécié. Aussi, organiser une partie de golf dans l’espace au coeur d’un trou noir serait particulièrement étrange. A moins bien sûr d’inventer des subterfuges particulièrement élaborés, expliquant la situation d’un point de vue autre que scientifique.

Il est important de prendre conscience que l’astronomie est une science très technique, et qu’il n’est pas possible, pour un novice, de tout intégrer en un rien de temps. Reste que certains points (vitesse de la lumière, distances stellaires et galactiques…) sont des  connaissances de base à ne pas négliger pour ne pas tomber dans quelque chose de farfelu.
A titre d’exemple, la Lune se situe à environ 380 000 kilomètres de la Terre. Le soleil à 150 000 000 de kilomètres, et l’étoile la plus proche de nous, à près de 38 000 000 000 000 (trente-huit mille milliards) de kilomètres. De quoi mettre les chose en perspectives…

De fait, l’astronomie est un passage obligatoire pour tout auteur donnant par exemple dans le space opera. Elle offre dès lors une toute nouvelle vision du monde qui nous entoure. Un monde dans lequel la planète Terre et notre système solaire ne sont rien de plus qu’un tout petit grain de sable dans un bac à sable géant.

Article diffusé sous licence Creative Commons BY-NC-ND

Heu…

12 février 2013 1 commentaire

image issue du site : http://mahamudras.blogspot.fr/

image issue du site : http://mahamudras.blogspot.fr/

Une petite histoire, où plutôt dialogue d’origine pas très claire, sur fond de troupeau de bêtes, imaginé en quelques dizaines de minutes et ne méritant probablement pas plus qu’une diffusion sous forme d’article.
A prendre au second degrés, mais pas trop quand même. Il convient de rester sérieux et de ne pas rigoler sur le dos des bêtes. Quoi que celles-là…

    • Tu as des soucis avec ton troupeau ?

    • M’en parles pas. C’est une vraie catastrophe. Les derniers prélèvements que j’ai effectué se sont révélés abominables. Des produits chimiques, des maladies à gogo, des réactions totalement inattendues… C’est pas compliqué, les trois quart de mes derniers specimens ont été jugé « impropres à la consommation » par les autorités.

    • Eh ben ?! Qu’est-ce qui s’est passé pour en arriver à ce point là ?

    • Aucune idée… J’avais pourtant mis tous les atouts de mon côté. Un pré flamboyant, une nourriture naturelle, un véritable élevage en plein air quoi…

    • Je ne comprends pas. Pour en arriver là, tes premières bêtes devaient être porteuses d’une maladie ou de quelque chose du genre qu’elles auraient transmis en se reproduisant. C’est pas possible autrement.

    • C’est aussi ce que je pense, mais va expliquer ça à mes créanciers et au consommateur. Ils ne veulent rien entendre. Je ne sais vraiment plus quoi faire. J’ai juste envie d’en finir. La seule chose qui me fasse garder un petit espoir c’est la persistance de bêtes saines et de grande qualité parmi la masse.

    • Je te comprends. La vie est si compliquée…

    • Et toi, tu t’en sors comment ?

    • Ben moi je me suis tourné vers une production plus industrielle, et honnêtement, je n’ai pas me plaindre. Tout n’est pas parfait, mais avec un minimum de contrôles, je parviens à conserver un cheptel de bonne signature.

      Tu y as déjà pensé à l’industriel, à l’élevage en série ?

    • Oui, mais ce n’est pas du tout mon genre. Je préfère le naturel à l’industriel.

    • C’est tout à ton honneur. Mais au fait, c’est quelle variété que tu élèves ? Parce que toutes ne s’adaptent pas aussi bien au milieu naturel !

    • Ce sont des humanidus cupiditus

    • Ne cherche plus ! Le voilà ton problème. Et je parie que tu les élèves en absolue liberté ?

    • Ben oui, c’est ce que je viens de te dire…

    • Cette espèce est totalement inapte à la vie en totale liberté. Sa seule caractéristique notoire est de vampiriser l’environnement naturel qui l’entoure. Rassures-moi, tu ne les a quand même pas installé dans dans un pré de type 1 ?

    • Euhhh non… J’ai hérité d’un type 0 de mon arrière grand père. J’avais pensé que mon troupeau y serait aux anges.

    • Malheureux… un type 0… des humanidus cupiditus en liberté totale dans un type 0… Et il est situé où ton type 0 ?

    • Dans un coin perdu de la galaxie, à proximité d’une Naine jaune. Un astre que mon aïeul avait l’habitude d’appeler « la Terre ».

    • Dis-moi qu’il est encore temps d’agir, dis-le moi ! Combien as-tu de têtes actuellement ?

    • Heuuu… plus de sept milliards…

    • Sept milliards d’humanidus cupiditus ? Là c’est fini. Oublis tes bêtes, tu n’as plus rien à tirer. C’est trop tard. Tu n’as plus qu’à patienter quelques siècles supplémentaires que toutes tes bêtes s’auto-détruisent elles-mêmes et que ta type 0 se refasse une beauté. Pour le reste, évites de parler de ta bêtise à qui que ce soit d’autre. Tout le monde ne serait sûrement pas aussi ouvert d’esprit que moi…

     

  • Article diffusé sous licence Creative Commons BY-NC-ND
Catégories :A découvrir Étiquettes : , , , , , , ,

Le comptoir des lettres : Partagez vos textes avec une communauté de passionnés


Quoi de mieux, quand on est écrivain, que de pouvoir obtenir le point de vue de lecteurs extérieurs sur ses textes ? N’est-ce pas là la meilleure solution pour faire évoluer son propre style, mais aussi pour faire progresser son écriture ?

De nombreux sites internet proposent ce genre de « services ». Néanmoins, certains sont très peu fréquentés, d’autres pour le moins inaccessibles du fait de leur taille trop importante. Il en existe cependant qui parviennent à conserver une taille humaine. C’est notamment le cas du « forum littéraire » le Comptoir des lettres.
Existant depuis une toute petite année, il regroupe cent trente quatre auteurs (à l’heure actuelle) ayant publié au moins un texte sur le site. Différentes catégories sont présentes, telles que « poèmes », « haïkus », « nouvelles » ou encore « textes longs ». Le genre des textes est lui totalement libre. Qu’il s’agisse de textes policiers, fantastiques ou de science-fiction, tous sont acceptés. Bien sûr, chacun est invité à commenter les diverses productions publiées. Le but étant évidemment de faire vivre le forum.

Actuellement a même lieu un concours ouvert à tous les membres (l’inscription au forum et la publication des ses textes est totalement gratuite). Ce concours vise à fêter la première années d’existence.
Pour ce qui est des commentaires des membres du forum, ceux-ci sont très constructifs et courtois. Même lorsqu’un lecteur ne parvient pas forcément à se plonger dans un texte, les remarques faites sont constructives et permettent d’avancer convenablement. Tout n’est pas encore parfait, puisqu’il serait bon que le nombre de commentateurs gagne un peu en importance, mais est-il vraiment possible de tourner cela sous forme de « critique » ? D’autant plus qu’étant moi-même un pîètre commentateur, mes contributions restent assez faibles.
A noter également la présence d’auteurs/commentateurs « historiques », présents sur le site depuis un long moment, qui contribuent grandement à son animation et à son évolution. De son côté l’interface graphique n’a rien d’exceptionnel et apparaît comme un peu « vieillotte », mais s’agit-il d’un point négatif ? Je ne pense pas !

Un site donc à recommander pour partager ses textes avec une vraie communauté de passionnées amateurs et bénévoles, mais aussi pour découvrir de nombreux styles tous plus différents les uns que les autres. Que vous soyez un auteur, lecteur, amateur ou averti, vous y serez les bienvenus.

Article diffusé sous licence Creative Commons BY-NC-ND

Rêvez avec Rêve de Terre


Publication d’une nouvelle… nouvelle ! Intitulée Rêve de Terre, celle-ci était à l’origine prévue pour être présentée à un concours de nouvelles. Cependant, n’ayant pu la terminer à temps, la date de remise des textes est désormais passée. La voici donc disponible en ligne, bien « rangée » dans ma bibliothèque, rayon « Nouvelles« .

 

La vitrine de l’auto-édition : Découvrez de nouveaux auteurs


Pour un auteur auto-édité, le plus difficile est souvent d’assurer la promotion de ses ouvrages. Pour cela il doit réussir à faire parler de lui et de ses textes, tout en touchant le plus large public possible. Avec l’avènement d’internet, les choses deviennent un peu plus aisées. Mais juste un peu plus…

La vitrine de l’auto-édition, par exemple. Un blog créé dans le but est « d’offrir une vitrine aux auteurs auto-édités« . Aussi, seuls des auteurs publiés en auto-édition peuvent prétendre voir leurs ouvrages présentés sur ce blog, à condition que ceux-ci répondent, notamment, à un certain niveau de qualité. Ainsi, comme indiqué clairement, un ouvrage « bourré de fautes » ou « ayant une mise en page approximative » irait à l’encontre des objectifs recherchés, à savoir promouvoir une auto-édition de qualité, démontrant que le monopole de la qualité n’appartient pas aux maisons d’édition classiques.

A l’heure de l’écriture de cet article, le blog recense près de 140 auteurs auto-édités et encore plus d’ouvrages, certains auteurs en ayant plusieurs de référencés. Des ouvrages répartis dans une vingtaine de catégories diverses et variées, qui permettent à chacun de s’y retrouver selon ses propres goûts.
Alors… je ne saurais évoquer la qualité réelle des texte présentés. Tout d’abord parce que je n’ai pas encore eu l’occasion d’en lire, et surtout parce que je ne suis pas critique littéraire. Néanmoins, les exigences de qualité du blog font que, sans aller jusqu’à parler « perles littéraires », de nombreux titres et auteurs méritent sans aucun doute le détour.

Article diffusé sous licence Creative Commons BY-NC-ND

Youscribe, Scribd… diffusez vos textes via internet


Vous n’êtes sans doute pas sans connaitre Youtube ou Dailymotion, les deux principaux services de diffusion de vidéos en streaming au monde ? Mais en tant qu’auteur littéraire, écrivain donc, qu’en avez-vous à faire ? Pas grand chose en effet. Mais saviez-vous qu’il existe des services du même type pour vous, pour diffuser vos textes, vos ouvrages ? Non, vous n’en aviez aucune idée ? Alors découvrez-les ci-dessous…

Tout d’abord, commençons par Scribd.com. Le service de diffusion que j’utilisais pour mes textes depuis quelques années déjà. Il s’agit là d’une société américaine, laquelle propose un site plutôt bien développé permettant de diffuser au monde entier des oeuvres littéraires (dont vous disposez des droits bien entendu…).
Je fut donc un grand utilisateur de ce service jusqu’à… hier. C’est un service sur lequel l’ensemble de mes textes sont disponibles librement. Ils sont tous accessibles directement depuis mon profil, mais aussi sur mon site personnel (celui que vous lisez actuellement, rubrique « Textes »), grâce au lecteur virtuel permettant d’intégrer ses textes sur son site ou sur son blog.
De nombreuses options de publication sont disponibles, tant pour choisir la licence sous laquelle vous décidez de placer ces textes, que pour autoriser ou non vos lecteurs à les télécharger. C’est un service qui m’a beaucoup facilité la vie et auquel je n’ai rien à reprocher… A ben si puisque je le « quitte »… parce qu’il est uniquement accessible en anglais. a titre personnel, la langue de Shakespeare ne me posais pas de réel problème. Mais pour des textes en français visant des lecteurs français, je me suis dit qu’un site en français serait plus approprié. J’ai donc découvert Youscribe.com.

Il s’agit d’un concurrent de scribd, mais qui lui est entièrement en français. Je ne l’utilise que depuis hier, mais je n’ai pas été particulièrement dépaysé par l’interface graphique, qui a, de mon point de vue, de nombreuses ressemblances avec scribd. A moins que ce ne soit scribd qui ressemble à youscribe ? Je ne connais pas la chronologie de ces deux sites, donc je suis incapable de le dire.
Tout ça pour dire que la maîtrise de youscribe s’est faite en seulement quelques minutes. Bien que je trouve les différentes interfaces légèrement plus « fades » que chez le concurrent américain, certaines choses m’ont, au contraire, semblées plus travaillées. C’est le cas notamment de la gestion des téléchargements et des nombreuses options qui y sont liées, qui sont, à mon goût plus nombreuses sur le site français.
Le gros point noir de youscribe étant selon moi les publicités google adsense qui se baladent sur certaines pages. Chose que je n’ai jamais vu (où alors je n’ai pas suffisamment fait attention) sur scribd. Mais celles-ci restant malgré tout relativement peu nombreuses et ne gênant pas la navigation, elles restent acceptables.

Je dirais donc que les deux sites se valent plus ou moins. Néanmoins, le fait que youscribe soit en français, la langue de mes textes et de mes lecteurs, fait que je vais en faire mon service de diffusion principal, et ce malgré quelques difficultés à intégrer le lecteur virtuel sur ce site. Un problème que je pense régler d’ici peu de temps, et je serais alors en mesure de faire passer scribd au second plan. Sans pour autant totalement l’abandonner.

Mise à jour du 20 juillet 2012 : Mon choixde faire de youscribe la plate-forme principale de diffusion de mes textes se confirme bien après avoir échangé plusieurs messages avec des membres de l’équipe du site au sujet d’un petit soucistechnique dans l’un de mes fichiers, dont ils m’ont eux-même fait part, et qu’ils ont suivi jusqu’à résolution complète du problème. Un très gros point positif donc pour la plate-forme française, qui démontre son attention envers ses utilisateurs !

Article diffusé sous licence Creative Commons BY-NC-ND