Accueil > Réflexion > La place du héros dans une histoire

La place du héros dans une histoire


C’est un fait, une histoire ne peut se dérouler sans avoir un héros. C’est lui, le personnage principal, sur qui l’intrigue est fondée. Il est le seul protagoniste à pouvoir résoudre les énigmes qui se succèdent à lui. Bien souvent, le héros est accompagné d’un autre personnage, qui ne lâche que très rarement, et de préférence, du sexe opposé. Tout du moins dans les œuvres modernes.

Le héros est le meneur de l’Histoire. Sans lui, rien ne se passerait, rien n’avancerait. C’est en se basant sur  l’image qu’il renvoie ainsi que sur son nom que les lecteurs vivent l’histoire au travers de lui. On pourrait penser que c’est l’Histoire qui fait le héros, sauf que généralement c’est le héros qui fait l’histoire. Sans héros, une histoire ne peut exister. Elle n’aurait une base bien trop friable.
Il est très rare que le héros trouve la mort au cours de l’intrigue. Si jamais c’était le cas, il réapparaîtrait forcément à un moment ou à un autre, suite à une « résurrection », sous une autre forme que celle d’un humain, ou encore par n’importe quel autre stratagème de l’auteur.

Le héros est également le ciment entre tous les personnages secondaires et le récit. Puisque tout tourne autour de sa personne, c’est à lui que revient le devoir « d’unification » de l’histoire. Sa personnalité, sa vision de choses, ses sentiments, sa façon d’agir… définissent ce qu’il est et ce que sera l’histoire.
Un héros plat, sans relief, ne saura probablement pas captiver le lecteur. Il ne parviendra jamais à faire son « travail » tel qu’il devrait l’être. Inversement, un héros complexe, réservant quelques zones d’ombre et bénéficiant d’une dose savamment mesurée d’antipathie sera inévitablement le moteur de son texte. Le lecteur sera aisément attiré par cette personne au visage humain et au regard imparfait.

Il n’existe pas d’histoire sans héros. Sous quelque forme que ce soit, Homme, femme, animal, extra-terrestre… un héros est toujours tapit dans un coin de page.
De ce fait, l’auteur qui parviendrait à écrire une histoire sans héros pourrait lui-même se considérer comme étant lui-même… un héros. Il ne s’agit pas là d’un défi que d’écrire une telle histoire, mais d’une vraie piste de réflexion à méditer dans l’avenir. Ainsi, un auteur parviendra-t-il à écrire un histoire dans laquelle le héros est… personne ?

Article diffusé sous licence Creative Commons BY-NC-ND

Publicités
Catégories :Réflexion Étiquettes : , , , , , , , ,
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :