Accueil > Réflexion > Les livres (et interprétations) de tous les dangers…

Les livres (et interprétations) de tous les dangers…


L’Homme est ainsi fait qu’il ne peut vivre sainement et sereinement sans croyance. Il ne peut rester sans que tout lui soit expliqué, décrit, raconté… peu importe que tout ceci soit farfelu, improbable, ou même totalement irréaliste. L’Homme est de nature naïve et prends pour comptant certaines choses sans aucun fondement réel prouvé. A ce titre, il en devient même  apôtre de la violence, de l’irrespect et de l’intolérance.

Qu’il s’agisse de la Bible, du Coran, de la Torah, ou de n’importe quel autre livre sacré, tous se disent les « messagers » d’un homme, puissance divine régnant sur tous les Hommes. Tous sont censés apporter paix, entre-aide, respect et tolérance. Pourtant, ils sont tous à l’origine des plus violent et meurtriers conflits qu’à connue, et que connaît encore, notre monde. Guerres, croisades, intégrisme religieux… Alors que la religion ne devrait être qu’une croyance, partagée ou non par chacun, c’est aujourd’hui devenu un véritable « phénomène de société », utilisé comme prétexte pour s’offusquer contre n’importe qui ayant un point de vue différent et osant la critique.
Une représentation du Christ sur sa croix au théâtre, des manifestions, des tentatives de censure, des plaintes et des violences. Une représentation illustrée de Mahomet, des manifestations, des tentatives de censures, des plaintes et des violences.

Aujourd’hui, les religions, sans aucune exception, ne sont plus de simples composants de la vie privée. Elles rejaillissent désormais sur la société dans son ensemble, tentant de faire imposer leurs propres règles, au détriment des lois républicaines.
De quel droit, en se basant sur un simple livre de fiction, peut-on décider d’intervenir dans la vie d’autrui et de dire que l’avortement est illégal ? De quel droit, en se basant sur un autre livre du même type, peut-on déclarer que la femme n’est pas l’égal de l’homme ? De quel droit devrait-on considérer les homo-sexuels comme des sous hommes ? De quel droit peut-on déclarer une guerre, commettre des violences, des attentats, au nom de livres sans aucun fondement ?

La religion doit être un choix personnel et privé. Un choix qui ne devrait pas dépasser le domicile de tout Homme. Chacun est libre de ses propres choix, mais ne peut en aucun cas les imposer, ou tenter de les imposer, à ses semblables. En outre, la religion doit pouvoir être critiquée, comme le sont toutes choses de la vie. Et la réponse à ces critiques ne doit pas tenir en un seul mot, « raciste », ou « antisémite »… La liberté doit prévaloir sur tout type de croyance. Il est interdit d’interdire de croire, mais il est aussi interdit d’imposer la croyance.

« Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l »un ni l’autre et fini par perdre les deux« . Le monde dans lequel nous vivons de nos jours est tel qu’il est vital de ne pas céder face aux interprétations inacceptables que certains « croyants » (de toutes religions) tentent d’imposer à tous. La liberté d’expression s’applique à tous, y compris à ceux ne partageant pas les mêmes croyances.
Mes propres sont des fictions, tout comme le sont, jusqu’à preuve du contraire, la Bible, le Coran, la Torah et tout autre livre « Saint ». Peut-être ceux-ci n’appellent-ils pas aux violences et autres aberrations devenues monnaie courante, mais le fait est que certaines de leurs interprétations sont de véritables incitations à la haine et à la violence.

Aucun livre ne doit être pris pour prétexte à de tels débordements. Au point qu’actuellement toute critique de n’importe quelle croyance religieuse est sujette à des réactions épidermiques et sans communes mesure avec la critique elle-même. On n’aime pas une religion, on est donc considéré comme anti-quelque chose. En gros comme je n’aimais pas l’école, j’étais donc anti-scolaire. Comme je n’aime pas les épinards, je suis donc anti-épinard. Je n’aime pas les cons, je suis anti-cons…
Il faut arrêter avec ces points de vue bien-pensants. Il faut arrêter et revenir à la réalité. Chaque Homme est conçu et né de la même façon. Qu’il vienne au monde en Europe, en Amérique, en Afrique, en Asie ou en Océanie, nous sortons tous par le même trou. La religion n’est qu’une question personnelle et doit le rester. Vu la façon dont tournent les choses, je me permet de dire que la religion est la pire chose jamais inventée par l’Homme. Et pour reprendre l’expression (adaptée à ma sauce pour l’occasion) de Jean Lefebvre, alias Pithiviers, dans une célèbre trilogie comique, « Si j’connaissais l’con qu’a inventé la religion*« .

Article diffusé sous licence Creative Commons BY-NC-ND

*Puisqu’il est important de rendre à César ce qui est à César, l’expression originale était bien sûr « Si j’connaissais l’con qu’a fait sauter l’pont« .

Publicités
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :