Accueil > Réflexion > L’Humanité ne va pas dans le mur… elle y est déjà !

L’Humanité ne va pas dans le mur… elle y est déjà !


Mes textes sont généralement plutôt sombres. Je ne dirais pas « noirs », car j’ose encore espérer que l’Homme et l’Humanité puissent encore changer et gagner en maturité, en respect et en honnêteté. Pourtant, j’y crois de moins en moins. Et deux exemples, tous deux arrivés en l’espace de 48 heures, me rendent de plus en plus dubitatifs quant à la lâcheté, la débilité et l’égoïsme de l’Homme. Peut-être suis-je un réducteur, mais j’assume totalement.

Tout à commencé mardi en début d’après midi. En rentrant de mon travail, une camionnette me grille un stop et m’oblige à piler pour ne pas lui rentrer dedans. Je l’évite, il n’y a pas de casse, pas de bobos, rien de grave. Seul mon klaxon en a pris un bon coup. Tout aurait pu s’arrêter là si le conducteur de ce véhicule ne s’était pas arrêté une vingtaine de mètres plus loin. Voyant cela, je m’apprêtais à mon tour à descendre de voiture, afin d’avoir une petite explication.
Si ce n’est que lorsque je l’ai vu se mettre à courir comme un fou dans ma direction, criant à en réveiller les morts et brandissant une batte de base-ball, je me suis ravisé assez rapidement et ai décidé de ne pas mettre en danger, et donc de partir fissa. Arrivé chez moi, direction la gendarmerie… pas de plaque d’immatriculation, pas de plainte… un fou en pleine nature…

Deuxième acte, ce matin même. De nouveau en rentrant du travail; Peut-être devrais-je me mettre au chômage, ce serait sans doute bien moins dangereux pour moi… A peine arrêté devant chez moi (à cheval sur le trottoir et la chaussée, à un endroit où c’est bien évident totalement autorisé, les feux de détresse allumés pour bien me signaler alors même qu’il faisait parfaitement jour), le moteur toujours en route, et encore assis dans la voiture, que je vois une automobiliste arrivant face à moi, très près du bord de la route… qui m’a complètement arraché mon rétroviseur passager.
Une nouvelle fois, je sors de la voiture, pensant qu’en personne civilisée, cette dame allait aussitôt s’arrêter, reconnaissant la totalité des tords, pour ensuite remplir un constat amiable… Qu’est-ce que j’ai été bête encore une fois… Cette dame, qui n’en avait probablement rien à faire, a préféré continuer sa route, comme si de rien n’était. Résultat… re-gendarmerie… Manque de bol, je n’ai une nouvelle fois pas eu le réflexe, ni le temps, de noter la plaque d’immatriculation.  Impossible donc de porter plainte, ni de faire valoir mes droits auprès de mon assurance. Me voila obligé de payer la franchise pour faire réparer ma voiture, sans laquelle je je ne peux pas travailler…

Aussi, quand je vois des comportements comme ceux-là, j’ai de plus en plus peur pour l’humanité et pour notre avenir à tous. Il est grand temps que l’Homme prenne conscience que tout part de travers, et qu’il se doive de réagir. Et la première chose à faire, c’est une bonne éducation dès l’enfance. Apprendre le respect, l’honnêteté et la vie en collectivité à tous ces ###### qui peuplent aujourd’hui la Terre. Je n’ai pas la prétention d’être parfait, loin de là, mais j’ose quand même dire que si tout le monde était comme moi, la planète, l’Homme et l’Humanité ne s’en porteraient que mieux. Car malgré tout mes défaut, mes parents m’ont donné une certaine éducation qui manque à beaucoup de personnes. Je n’ai pas vécu dans les années 50/60, loin de là… Mais je me dis qu’aussi stricte soit-elle, l’éducation avait alors du bon… du très bon !! Il y a vraiment des baffes qui se perdent de nos jours. Et ça ne fait qu’empirer… Pauvre Terre !!

Article diffusé sous licence Creative Commons BY-NC-ND

Publicités
  1. Diano
    13 septembre 2012 à 20:57

    Bonsoir,
    Non vous n’êtes pas réducteur mais tout simplement réaliste.Nous vivons dans un monde individualiste, chacun pour soi, en pensant que le voisin va prendre soin de la planète.De toute façon, il y a beaucoup de mal de fait, et pas seulement sur notre terre. Dans la tête de certaines personnes aussi.
    Je lis,souvent vos articles, ils sont censés, ils sont sincères.
    Ne changez pas, restez vous-même, vous êtes dans le vrai.

    Bonne soirée,

    Jeannette.

  2. 13 septembre 2012 à 22:11

    N’ayez crainte, il y a encore de bonnes personnes. Et je crois que la route est l’endroit où on voit le plus de %$?. Là où je ne vous suis pas c’est sur les générations précédentes qui auraient reçu une meilleure éducation civique. Il y a des ?%&%% de tous les âges, malheureusement…

    • 13 septembre 2012 à 22:54

      Heureusement qu’il y a encore de bonnes personnes comme vous dites.
      Ce que je voulais dire niveau éducation, c’est que les choses étaient bien plus strictes il y a 50 ans. Bien sur, cela ne veut pas dire que même à cette époque certains pouvaient recevoir une éducation un peu bancale. Néanmoins, j’ai le sentiment, tout en étant encore jeune, que les choses ne cessent de se dégrader petit à petit.

  3. 18 septembre 2012 à 13:53

    Sujet complexe !
    Vous parlez des années 50-60, mais quel était le jugement de nos grands-parents sur la société d’à l’époque ? Peut-être la même qu’aujourd’hui, juste de manière adaptée. Je n’en sais rien. Tout cela pour dire que l’on croit toujours qu’aujourd’hui c’est pire que la veille. Peut-être pas.
    Prenons comme exemple le colossal mouvement démocratique qui s’est propagé à travers toute l’Afrique du Nord. Bien sûr le résultat n’est pas à la hauteur des espérances que l’on pouvait avoir, certaines régions ont paradoxalement même régressées. Toujours est-il qu’un grand vent de démocratie a bien eu lieu, et que cela ne peut être que positif à terme. Du moins je l’espère, l’histoire nous le dira.
    Aussi faut-il que chacun de nous se protège de tous les maux qui nous entoure, pour ne pas s’assombrir à notre tour. Car nous avons besoin d’un état d’esprit positif pour réaliser nos projets. Soyons positif.

    • 18 septembre 2012 à 15:39

      Je ne sais pas non plus ce que pouvaient penser nos grands parents de la société d’il y a 50/60 ans. Je sais juste, d’après mes cours d’histoire du collège et du lycée, que cette période d’après guerre était celle du baby boom, du plein emploi, du début de la société de consommation. En gros, il s’agissait des prémices de notre société actuelle, ce qui, si l’on y réfléchi un peu, n’était pas forcément idéal dans le fond. Néanmoins, sur le plan de l’éducation, je me « base » sur les dire des personnes qui ont vécu cette époque des années 50/60, et qui disent toutes que c’était autre chose qu’aujourd’hui.

      Pour ce qui est de l’élan démocratique en Afrique du Nord, je conviens qu’il s’agit de quelque chose de très positif. Mais honnêtement, plus le temps passe, plus je me sens proche de l’adage selon lequel « la démocratie est un mauvais système, mais c’est le moins mauvais des systèmes ».
      Je ne peux donc qu’encourager la démocratie, tout en ayant le sentiment qu’il devrait être possible de trouver un système encore plus représentatif et égalitaire. Mais il s’agit là d’un tout autre problème.

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :